Histoire

A peine 4 millions d´années

«La Caldera» commença à s´édifier bien avant que les humains n´existent comme espèce. Mais l´histoire écrite du Parc National ne commença qu´il y a six siècles, avec la soumission de La Palma aux conquistadors castillans.

En 1492, le gouverneur Alonso Fernández de Lugo débarqua avec succès sur la plage de Tazacorte et soumit, non sans essuyer un important nombre de pertes humaines, la plus grande partie de l’île. Dans le canton de « Aceró » seulement, (toponyme préhispanique de «La Caldera», qui en lanque aborigène signifie “lieu fort et invulnérable”) le «mencey Tanausú» réussit à contenir pendant un certain temps l’avancée des conquistadors castillans. Frustré dans son avancée, « Fernández de Lugo » eut recours à une fausse promesse de trêve pour attirer Tanausú hors de ses domaines. Dès qu´il eut abandonné son refuge, le gouverneur rompit sa promesse, attaqua les Auaritas et captura son chef dans le «Paso de Adamancasis» (près de l´actuelle zone récréative de «El Riachuelo»).

Il semblerait que le chef aborigène se soit laissé mourir de faim sur le bateau qui l´emmenait prisonnier à la Péninsule. Actuellement, seuls les abondants pétroglifes témoignent de la présence à «La Caldera» de ce village de bergers aguerris. En reconnaissance au rôle joué par Fernández de Lugo  dans la conquête de l´île, les Rois Catholiques concédèrent à sa famille le droit de se partager les terres de l´actuel Parc National, ainsi que les abondantes eaux qui jaillissaient de son intérieur.

La propriété des terres gérées par le parc passa successivement jusqu´à arriver à son actuelle titularité correspondant au « Heredamiento de las Haciendas de Argual » et Tazacorte, une communauté de cultivateurs ayant droit à l´arrosage dans laquelle participent un peu moins de 2 000 associés. En 1954, à la demande d´un groupe d´artistes et intellectuels de l´île, on décréta la classification de « La Caldera » comme Parc National. En 1981, une loi postérieure établit un important agrandissement jusqu´à sa surface actuelle, qui comprend 4 690 hectares et une zone périphérique de protection de 5 956 hectares.

PARC NACIONAL LA CALDERA DE TABURIENTE